Ghost Shot Rétro : Los Olvidados – Luis Buñuel (1950)

J’inaugure ici un nouveau type d’article sur Ghost Shots, qui mettra en valeur un ou plusieurs plans qui nous ont particulièrement marqué dans l’histoire du cinéma.

Réalisé en 1950 par le réalisateur d’origine espagnole Luis Buñuel, alors exilé au Mexique, Los Olvidados s’intéresse à la jeunesse de Mexico, en particulier ses enfants pauvres et souvent livrés à eux-mêmes. Pedro est l’un d’entre eux. Un jour, alors qu’il accompagne El Jaibo, un autre adolescent tout juste sorti de maison de correction, celui-ci commet un crime.

Los Olvidados prend toutes les apparences du film « néoréaliste » : faible budget, tournage en extérieur, intérêt pour les couches défavorisées, acteurs non-professionnels… Cette approche est d’ailleurs clairement exposée dès le générique (« ce film est basé sur des faits réels et tous ses personnages sont authentiques« ). Le film démarre sur des airs de documentaire en exposant une bande de gamins défavorisés jouant à la corrida dans un terrain vague.

los-olvidados-1

Mais cette dimension réaliste se voit troublée à deux reprises particulièrement remarquables, provoquant au passage la surprise du spectateur. La première et la plus importante est une séquence de rêve qui survient après 30 minutes de film. Après avoir été témoin d’un meurtre, Pedro rentre chez sa mère et s’endort dans son lit. La séquence démarre par une musique répétitive et angoissante, agrémentée de nombreux caquètements de poules. Pedro découvre sous son lit le cadavre du jeune homme assassiné précédemment riant aux éclats alors que des plumes semblent tomber du ciel. Notons au passage la lumière magnifique qui vient éclairer les différents niveaux de ce plan. Cette somme d’effets surréalistes typique du rêve permet non pas de nous montrer mais cette fois de nous faire ressentir le sentiment dominant de Pedro : la peur. Sa mère s’approche ensuite du lit pour l’étreindre et lui signifier son amour. On peut y voir le désir de Pedro d’une vie « normale » et du réconfort d’une présence maternelle.

los-olvidados-2

Mais soudain le souvenir de la réalité semble reprendre le dessus et Pedro demande à sa mère pourquoi elle a refusé de lui donner à manger auparavant. Sa mère se tourne vers lui, présentant soudain un tout autre visage, presque maléfique et amplifié par des éclairs illuminant la pièce. Elle lui tend un énorme morceau de viande tandis qu’une main sort de sous le lit pour s’en saisir et conclure la scène dans le chaos le plus total. Toute la séquence se déroule dans un ralenti qui lui donne un surplus d’étrangeté. Le contraste entre le ton de cette scène et les 30 minutes précédemment écoulées rend son effet encore plus saisissant et nous fait ressentir la somme des angoisses de Pedro d’une manière aussi esthétique qu’efficace.

los-olvidados-3

La seconde « exception » est beaucoup plus courte mais d’autant plus surprenante qu’elle est porteuse de sens. Envoyé en maison de correction, Pedro travaille dans une ferme. Il se saisit d’un oeuf, le gobe, et soudain le balance en plein dans la caméra, laissant le liquide s’écouler sur l’écran. Un geste totalement inattendu dans un film de ce genre. A travers la caméra, c’est nous que Pedro vise. Nous, spectateurs, qui nous attendrissons sur ces enfants et compatissons à leur sort, que faisons-nous pour leur donner une vie meilleure ? Buñuel nous prend ainsi par surprise et tente de nous réveiller par ce geste qui brise la distance entre le personnage et le spectateur, tout comme il nous expose par ce film la réalité de la misère sans artifices, dans sa violence et sa cruauté. Un plan furtif qu’il est difficile d’oublier après la vision du film.

los-olvidados-4

Publicités

One Response to Ghost Shot Rétro : Los Olvidados – Luis Buñuel (1950)

  1. Ping : Le Mexique sur le Web – Lundi 11 Février 2013 | Le Grand Journal du Mexique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s