Bilan de l’année 2012

La reprise continue sur Ghost Shots, et quoi de mieux pour commencer l’année 2013 que de revenir sur les 12 mois écoulés et nos diverses émotions cinématographiques. Au menu : les Top 10 de chaque rédacteur bien sûr, mais aussi un paquet de nominations bonus pour mettre exprimer nos coups de coeur, de gueule ou de pouce pour les différents films vus cette année. Pour commencer, le très officiel Top 10 de la rédaction parmi les films sortis en salles en 2012.

laurence-anyways

Top 10 de l’année 2012 :

1. Laurence Anyways – Xavier Dolan
2. Holy Motors – Leos Carax
3. Les Bêtes du Sud Sauvage – Benh Zeitlin
4. Les Hauts de Hurlevent – Andrea Arnold
5. Amour – Michael Haneke
6. Martha Marcy May Marlene –  Sean Durkin
7. Searching for Sugar Man – Malik Bendjelloul
8. Moonrise Kingdom – Wes Anderson
9. Skyfall – Sam Mendes
10. Titanic 3D – James Cameron

Si l’on compare cette cuvée avec la précédente où quelques films faisaient l’unanimité parmi nous (en particulier le triptyque cannois Melancholia – Drive – The Tree of Life), on remarque que nos avis sont beaucoup plus divergents et nos tops 10 respectifs mettent en avant des films bien différents. Seulement deux films sont cités par chacun d’entre nous : Holy Motors et Moonrise Kingdom, mais c’est bien Laurence Anyways qui sort en tête de ce classement général. Encore beaucoup de films cannois, mais cette année les perles étaient aussi à chercher du côté de la sélection Un Certain Regard (Laurence AnywaysLes Bêtes du Sud Sauvage). On remarque aussi une présence moindre du cinéma américain par rapport à l’an dernier, pas moins de 3 films francophones, et enfin un documentaire qui nous aura récompensé d’avoir attendu les derniers instants de l’année 2012 pour faire ce bilan.

Voici les Top 10 de chacun :

Alban Ravassard
1. Holy Motors
2. Les Hauts de Hurlevent
3. Amour
4. Martha Marcy May Marlene (sa critique)
5. L’Odyssée de Pi
6. Moonrise Kingdom
7. Cosmopolis
8. Looper
9. Skyfall
10. Elle s’appelle Ruby
Pierre Ricadat
1. Laurence Anyways
2. Les Bêtes du Sud Sauvage
3. Searching for Sugar Man (sa critique)
4. Holy Motors
5. The We and the I
6. 2 Days in New York
7. I Wish (sa mini-critique)
8. Le Hobbit : un voyage inattendu
9. The Raid (sa mini-critique)
10. Moonrise Kingdom
Carole Bogdanovscky
1. Amour
2. Les Bêtes du Sud Sauvage
3. Laurence Anyways
4. Holy Motors
5. Bullhead (sa critique)
6. Barbara
7. Les Hauts de Hurlevent
8. Moonrise Kingdom
9. Martha Marcy May Marlene
10. De rouille et d’os
Caroline de Regnauld
1. Titanic 3D (sa critique)
2. The Dark Knight Rises
3. Skyfall
4. Royal Affair
5. La Taupe
6. Extrêmement fort et incroyablement près (sa critique)
7. Dark Shadows
8. De rouille et d’os
9. Holy Motors
10. Moonrise Kingdom
Benoit Weber
1. Laurence Anyways
2. Rebelle (War Witch)
3. Les Hauts de Hurlevent
4. Searching for Sugar Man
5. Martha Marcy May Marlene
6. Les Bêtes du Sud Sauvage
7. I Wish
8. Moonrise Kingdom
9. Amour
10. Holy Motors

Le « coup de cœur » de l’année :

perfect-sense

Alban : Perfect Sense de David MacKenzie. Un véritable petit bijou passé quasiment inaperçu en France et porté par un duo d’acteurs magnifiques (Ewan McGregor et Eva Green). David McKenzie, sans révolutionner le genre post-apocalyptique, nous le fait vivre de manière simple par le vecteur d’une histoire d’amour devenant progressivement impossible. Bluffant.
Pierre : Saya Zamurai de Hitoshi Matsumoto, le rayon de soleil de l’année (voir ici).
Carole : Les Femmes du Bus 678 de Mohamed Diab. Un sujet contemporain sensible (le harcèlement sexuel ordinaire en Egypte) traité avec empathie et lucidité. Le premier long métrage d’un réalisateur à suivre.
Benoit : Rebelle de Kim Nguyen. Quelque part en Afrique, on suit Komona, 12 ans, qui se fait embrigader dans l’armée rebelle : une histoire on ne peut plus dramatique et violente traité d’une manière singulière et touchante. Je rejoins également Alban sur Perfect Sense : subtile utilisation du genre au service d’une histoire d’amour.

Le raté de l’année :

Alban : Savages de Oliver Stone, film boursouflé, sur-stylisé. Oliver Stone est devenu une caricature de lui-même. La bande-annonce laissait présager du meilleur et finalement nous avons droit au pire : un récit grand-guignolesque sans queue ni tête où les acteurs cabotinent. Sans compter un faux twist pitoyable en fin de film. A zapper.
Pierre / Carole : Prometheus de Ridley Scott. La campagne marketing du film laissait espérer un film du niveau d’Alien, sévère a été la déception avec notamment ce scénario complètement indigeste à force de vouloir trop en mettre. Alien était simple et en montrait très peu, Alien était un chef d’oeuvre.
Benoit : Argo de Ben Affleck, ou comment ne pas rendre crédible une histoire vraie. Autant au niveau de la réalisation que du jeu d’acteurs, de la musique… tout semble avoir été mis en place pour décrédibiliser le tout. On n’y croit à aucun moment. Ça ressemble à une énorme farce qui en fait n’en est pas une. Aucun suspens et une fin sur-crémeuse et gnangnan. Même Avengers reste plus crédible. Passez ce film et attendez Zero Dark Thirty pour voir un vrai film sur la CIA.

Mention spéciale « WTF ? » :

wrong

Alban : Wrong de Quentin Dupieux, découvert en salles cette année. Après Rubber qui m’avait déjà séduit par son concept et son humour noir absurde, Quentin Dupieux en remet une couche avec une histoire farfelue aux consonances Kafkaïennes dans laquelle excelle Eric Judor en cow-boy déjanté. Un must-see bourré d’idées visuelles et narratives novatrices.
Pierre : Solution de Kim Gok et Kim Sun, vu au Seoul Independant Film Festival 2012. Un film où une émission de télévision tentera de résoudre le dramatique problème d’une famille : le jeune fils n’accepte de se nourrir que des excréments des autres membres de sa famille ! Lesquels excréments sont représentés par une sorte de pâte à modeler verte et la « solution » nécessitera l’intervention d’une chamane…
Caroline, Carole et Benoit : Holy Motors de Leos Carax. Grosse surprise. Étonnant et perturbant.

Le film survendu de l’année :

Alban : Les Bêtes du Sud Sauvage de Benh Zeitlin. Énorme succès critique et public, ce premier long-métrage d’un cinéaste américain âgé de 30 ans m’a laissé mitigé. Beau sujet, très belle mise en scène mais je trouve qu’il tire trop vers le tire-larmes car trop certain de ses effets et de l’impact émotionnel de son film. Un film de petit malin talentueux en somme pour lequel j’aurais aimé voir plus de sincérité et moins d’artifices. Car à mon sens la poésie du film n’est pas assez bien exploitée.
Pierre : Mourning de Morteza Farshbaf, honoré du Lotus Asia du meilleur film à Deauville pour des raisons que mon esprit rationnel est incapable d’imaginer… Et au sein de cette rédaction, Les Hauts de Hurlevent, que j’ai trouvé à côté de la plaque.
Benoit: Argo, The Dark Knight Rises, Prometheus et The Hobbit. Mention spéciale « Scandale » à Argo qui reste en lice pour les Oscars…
Caroline : Avengers de Joss Whedon
Carole: The Dark Knight Rises de Christopher Nolan

Meilleur premier film de l’année :

les-betes-du-sud-sauvage

Alban : Ombline de Stéphane Cazes : l’électrochoc de cette année. Stéphane Cazes traite d’un sujet potentiellement mélo et lourd sur le papier (le quotidien des jeunes mères en prison). Évitant tous les écueils que peuvent déployer habituellement ce genre de récits, le réalisateur parvient à nous toucher en plein cœur sans être démonstratif. Un film juste et touchant, porté par la magnifique interprétation de Mélanie Thierry.
Pierre et Benoit : Les Bêtes du Sud Sauvage de Benh Zeitlin. Un film magique qui nous transporte dès sa scène d’ouverture pour ne nous relâcher qu’1h30 plus tard, une fable sur le passage à l’âge adulte pleine de poésie où l’imaginaire occupe une place centrale. Benh Zeitlin semble comme nous subjugué par sa jeune actrice et parvient à nous restituer son environnement, ses émotions de manière subtile et profonde. Once there was a Hushpuppy, and she lived with her daddy in The Bathtub.

La petite perle des années précédentes que j’ai découverte en 2012 :

Alban : Bronson de Nicholas Winding Refn. Un véritable uppercut cinématographique que j’avais loupé en salles. Mieux vaut tard que jamais pour découvrir ce portrait  du criminel le plus célèbre d’Angleterre. Au programme, une mise en scène au cordeau et un montage incisif procurant au film un rythme effréné mais jamais fatigant. Un véritable OFNI sur lequel se ruer d’urgence ne serait-ce que pour l’interprétation bluffante d’un Tom Hardy méconnaissable.
Pierre : The School of Rock de Richard Linklater. Trois minutes de Jack Black grimaçant et gigotant dans tous les sens avec sa guitare auront suffi à ériger ce film dans mon panthéon des meilleurs comédies et feel-good movies de tous les temps. Un modèle de rythme.
Benoit : Valse avec Bachir d’Ari Folman. Magnifique. L’animation au service du documentaire. Tout simplement bluffant visuellement, musicalement et moralement.

Le film que je regrette d’avoir loupé cette année :
Alban : Faust d’Alexandre Sokourov. Lion d’or au Festival de Venise et précédé d’une excellente réputation critique, ce film m’intrigue notamment pour le travail opéré sur les couleurs par le réalisateur, basé sur des aquarelles qu’il a lui-même réalisé. Rattrapage en DVD imminent.
Pierre : Cosmopolis de David Cronenberg. Un film sur lequel j’avais d’énormes attentes avant d’être bêtement refroidi par les échos négatifs. De manière générale j’ai beaucoup de mal avec le Cronenberg post-eXistenZ. Le Cronenberg le plus intéressant pourrait-il être son fils Brandon, réalisateur d’Antiviral, qui sort sur les écrans début 2013 ?
Caroline et Benoit : La Chasse de Thomas Vinterberg.
Carole : The We and the I de Michel Gondry.

Le chef-d’oeuvre vu en 2012 et qui sortira en 2013 :

Alban : No de Pablo Llarain (sortie 6 mars 2013).
Benoit : Cloud Atlas, Zero Dark Thirty : bons films mais à ne pas classer en tant que chefs d’oeuvre. Cloud Atlas pour sa réalisation et son maquillage, Zero Dark Thirty pour Jessica Chastain qui tient le film de A à Z !

Les films de 2013 que nous attendons avec impatience :

transperceneige

Spring Breakers de Harmony Korine, Le Transperceneige de Bong Joon-ho, Gravity d’Alfonso Cuarón, À la merveille de Terrence Malick, Only God Forgives de Nicolas Winding Refn, Before Midnight de Richard Linklater, A Pele do Cordeiro de Paulo Morelli, Mud de Jeff Nichols, Nymphomaniac de Lars Von Trier, L’écume des jours de Michel Gondry, Antiviral de Brandon Cronenberg.

Et vous, quels sont vos coups de coeur de l’année, et qu’attendez-vous pour 2013 ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s